mercredi 9 février 2011

Mise en pratique

D'accord, il ne faut manger que quand on a faim.

D'accord, il ne faut se priver de rien. Ne plus s'interdire certains aliments.

Autant j'ai bien compris le principe, autant c'est quand même difficile à mettre en pratique. Du livre du docteur Zermati, je n'ai lu que les 70 premières pages. En effet, j'étais décidée à tout lire en un coup avant de reprendre sa méthode depuis le début. Mais ces premières pages m'ont tellement convaincue, que j'ai voulu lui donner toutes ses chances. Or, le docteur demandait de ne pas lire la suite tant que nous n'avions pas établi un carnet alimentaire durant 10 jours.

Alors, autant l'idée du carnet alimentaire est sympa (à chaque fois que je mange, j'y pense), autant je dois avouer que ce n'est pas trop mon truc.

Non, mais c'est vrai, je ne prends pas le temps de noter dans mon carnet toutes ces informations pourtant essentielles. Du coup, cela fait trois semaines que je suis censée tenir ce carnet. Et, bien sûr, en trois semaines, j'ai tenu ce carnet deux jours. Hum...

Pourquoi je vous parle de ça ?

Ah oui ! Ce que je voulais dire, c'est que j'imagine qu'il donne des conseils pour arriver à appliquer ces principes. J'espère en tout cas.

Non, parce que c'est bien de dire qu'il ne faut manger que quand on a faim, mais quand on travaille, avec des horaires fixes, c'est pas vraiment facile à mettre en place.

Et puis aussi, lorsqu'on fait ses courses une fois par semaine, c'est pas facile de prévoir à l'avance ce dont on aura envie de manger.

Alors bon, pour le moment, je dois bien avouer que j'applique sa méthode avec les moyens du bord.

Ainsi, je ne mange plus, ou presque, au petit déjeuner. Je me rends compte, en effet, que j'ai rarement faim le matin, ou si peu. Cela a d'ailleurs résolu la question du midi. Parce que le midi, à l'heure où mes collègues mangent, je n'avais pas faim. Je m'étais déjà rendue compte de cela bien avant de lire le livre de Zermati. Mais, puisque je n'ai pas faim le matin et que je ne mange donc plus, ben, à 11h30, je meurs de faim ! Alors, j'attends midi avec impatience. Et je mange avec plaisir et faim.

Et je me suis, du coup, rendue compte que je mangeais moins, à midi. Parce que, lorsque j'ai faim en commençant à manger, je ressens la sensation de satiété. Celle dont j'étais venue à me demander si elle existait en moi !

Bon, le soir, par contre, j'ai hyper faim... A partir de 16h30 ! Sauf qu'à cette heure-là, je suis encore au bureau, donc, pas possible de manger. Et mon homme a l'habitude de manger à l'heure des Simpsons, à la télé, soit 19h30. Et ce problème-là, je ne suis pas encore arrivée à le gérer. Une idée ?

Posté par tayiam à 20:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur Mise en pratique

    Hello

    Moi non plus je n'ai pas tenu son carnet alimentaire, trop astreignant à mon goût... Bon par contre, je note chaque jour ce que j'ai mangé... Mais je n'éprouve pas le besoin de préciser où, quand, comment, etc.

    Et je te rassure, ça n'empêche pas de continuer la lecture du livre

    Il aborde même les questions que tu te poses :

    - A propos des horaires fixes quand on travaille, il précise qu'à force d'appliquer cette méthode, tu retrouves donc tes sensations alimentaires et elles finissent par se réguler, par s'habituer à tes horaires en quelques sortes

    - Quant au petit creux de l'après-midi, emporte quelque chose avec toi le matin, au cas où tu aurais faim avant de rentrer chez toi

    Posté par Satinelle, mercredi 30 mars 2011 à 17:12 | | Répondre
  • Réponse à Sentinelle

    'ai repris la lecture de son bouquin. Mais, je fais ce parcours tout doucement. Pour bien "digérer" (c'est le cas de de le dire) toutes ces informations si nouvelles et si difficiles, parfois, à emmagasiner.

    Pour le creux de l'après-midi, je mange à ma faim, maintenant. J'ai des biscuits dans mon bureau. Et parfois, à midi, je m'achète un petit quelque chose pour l'après-midi (que je mange ou pas, c'est selon).

    Je me rends compte que moins je m'interdis, moins je mange, et ça, c'est vraiment une libération. Mon Chéri disait encore tout à l'heure que j'ai l'air plus sereine envers la nourriture, ces derniers temps.

    Posté par Tayiam, mercredi 30 mars 2011 à 19:35 | | Répondre
  • Contente que tu trouve ta voie tout doucement... mais sûrement...

    J'ai remarqué aussi que rien que le fait de savoir que je "peux" manger tout ce que je veux et que je pourrais en remanger quand je veux, et bien je n'ai plus envie de me jeter sur la nourriture comme avant...

    C'est une véritable libération !

    Posté par Satinelle, jeudi 31 mars 2011 à 11:42 | | Répondre
Nouveau commentaire